transition écologique

Transition écologique : comment procéder ?

Transition écologique : comment procéder ?
5 (100%) 1 vote[s]

Après la suspension de la taxe carbone par le gouvernement, il est nécessaire de relancer le débat sur la transition écologique. Mais comment parler de transition et de taxe alors que le mécontentement des ménages est au plus haut ?

Les solutions doivent-elles forcément passer par des sacrifices et des difficultés supplémentaires pour les classes les plus précaires ? L’IDDRI et le Conseil d’analyse économique (CAE) viennent de publier des notes allant dans une autre direction.

 

La taxe de la discorde : où en est la transition écologique aujourd’hui ?

 

En raison du coût de plus en plus élevé des dépenses énergétiques, déjà près de deux tiers des ménages ont réduit leurs déplacements. Pour les 20% plus modestes, ce coût représente aujourd’hui 15,7% de leur budget, alors qu’il ne représente que 6,5% du budget des ménages les plus aisés, comme l’explique l’Iddri dans sa dernière note.

Il est d’autant plus difficile d’engager les ménages dans la transition écologique en raison des disparités présentes au sein même des tranches les plus pauvres.

En effet, la différence d’équipements et d’énergie utilisés ont un fort impact sur le poids des dépenses énergétiques pour les ménages.

 

transition écologique

 

Avec une nouvelle hausse de la taxe carbone, chez les 10% les plus pauvres, un dixième verrait son pouvoir d’achat baisser de 220 € alors que d’autres ne seraient pas du tout impactés.

Est-il possible alors d’œuvrer pour la transition écologique sans accentuer les injustices sociales, comme tente de le faire l’AFD ?

Une reprise de la taxe carbone sans compensation ni effort de l’État pour trouver d’autres sources de revenus, risquent de rencontrer une forte opposition. L’Iddri et le CAE se sont penchés sur ce problème pour trouver des solutions alternatives.

 

Pour trouver de nouvelles recettes, il faut élargir l’assiette de la taxe

Pour les économistes du CAE, une des voies possibles serait d’élargir l’assiette de la taxe afin de ne pas reporter tout son poids uniquement sur les ménages.

Actuellement, de nombreuses entreprises bénéficient d’exonérations sur les carburants en fonction de leur activité. L’aviation commerciale est la plus concernée avec 3,6 milliards d’euros en 2019.

Les transporteurs routiers reçoivent un remboursement partiel de leurs dépenses, qui représentent 1,5 milliards d’euros en 2019, tandis que les exploitants ne payent qu’un taux réduit, ce qui correspond à 0,9 milliards d’euros pour cette année.

En piochant dans ces niches, l’État pourrait déjà récupérer une bonne partie des recettes. Cela permettrait de gérer de façon plus progressive la transition écologique et de rendre les nouvelles hausses des taxes plus acceptables.

Pour le CAE, il serait également bénéfique de suivre la décision européenne de fixer un prix plancher pour l’obtention des quotas d’émissions au niveau européen, qui s’élève aujourd’hui à seulement 20 euros.

Cependant, les pays membres ne se sont pas encore mis d’accord sur ce sujet.  Pour comprendre toute l’actualité économique, suivez le blog Le Capital.

 

 

La priorité est d’aider les ménages à compenser les hausses de prix

Pour l’Iddri, la difficulté réside surtout dans le fait que les aides allouées aux ménages pour les accompagner dans la transition écologique n’ont presque pas augmenté par rapport aux hausses successives de la taxe.

Les recettes de cette dernière sont passées de 6,4 milliards d’euros en 2017 à 9,2 milliards en 2018. Avant son gel effectif, elle devrait rapporter plus 12 milliards d’euros en 2019. Dans la même période, les aides destinées à réduire la dépendance au carbone ont connu une hausse de seulement un milliard d’euros.

 

transition écologique

 

Par ailleurs, les investissements de l’État n’ont pas augmenté non plus. Selon un sondage OpinionWay pour Les Echos et Radio Classique, 77% des Français sont défavorables à la reprise de la hausse de la taxe en 2020.

Pour apaiser les ménages, l’Iddri suggère de commencer par prendre en compte les hausses des prix du carburant en distribuant une prime de transition écologique, avant d’envisager toute nouvelle augmentation. Cette prime serait dégressive afin que les ménages les plus pauvres puissent en être les premiers bénéficiaires.

Des résultats positifs ont été observés à Alberta au Canada, lorsqu’une mesure du même type a été mise en place. Il semble indispensable de parvenir à retrouver un consensus afin de pouvoir avancer de nouveau vers la transition énergétique et écologique.

Auteur de l’article : terredinfos

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de