Paris n’en finit plus avec les rats !

Paris n’en finit plus avec les rats !
5 (100%) 1 vote

Les apparences sont parfois trompeuses, c’est du moins ce que chacun devrait avoir en tête, lorsque nous sommes confronté à la nuisance de ces rongeurs, en particulier les rats. Les rats sévissent un peu partout dans la capitale, au grand dam des riverains et des commerçants particulièrement touchés par le phénomène. A Paris, la présence des rats n’a fait que se multiplier ces dernières décennies, leur prolifération en constante progression est estimée aujourd’hui à 4 millions d’individus ! Soit pratiquement 1 rat pour 1 habitant ! Ces rongeurs envahissent les rues, les poubelles, bâtiments en tout genre ainsi que les parcs publics…. Paris se trouve comme cernée par ces millions de parisiens à poils longs et aux incisives particulièrement efficaces lorsqu’il s’agit de manger n’importe quoi.

Les solutions de la ville de Paris contre les rats

Les nombreux déchets présents dans les rues de la ville contribuent grandement à l’accumulation de ces créatures indésirables. Que ce soit des déchets alimentaires ou non, dans les poubelles ou en dehors, rien n’arrête ces vilains rongeurs.

La ville de Paris a alors démarré une grande campagne de dératisation sans précédent, comme on n’en avait encore jamais vue auparavant ! Les actions menées par la mairie de Paris visent tout d’abord à limiter les déchets des rues pour permettre un premier pas vers ce qui peut être considéré comme une « première bataille » tant la tâche à accomplir semble titanesque ! Le mot d’ordre est donc « moins de déchets, moins de rongeurs ». Il est absolument capital que les habitants de Paris prennent conscience que la prolifération des rats à tout avoir avec la geste des déchets au quotidien. Les déchets alimentaires notamment contribuent pour beaucoup à nourrir ces indésirables, au point de transformer Paris en un « gigantesque restaurant » pour nos joyeuses petites bêtes pour de nombreuses années encore.

Les opérations de dératisations massives

Jusque-là, la plupart des arrondissements de Paris ont opté pour des mesures simples : la fermeture des espaces verts, des parcs et autres lieux touristiques où les rats ont l’habitude d’y trouver refuge. Florence Berthout, maire du Vème arrondissement, rappelle que la présence des rats dans la ville de Paris et notamment dans son arrondissement devient étouffante pour un grand nombre de riverains. Elle ajoute qu’il : « faut des actions coup de poing. Pas uniquement fermer les espaces verts un par un, mais trouver une solution de plus grande envergure ».

Pour imaginer l’ampleur de la tâche à accomplir, Paris a déjà menée plus de 1800 opérations de dératisation depuis Janvier 2018. Les campagnes de dératisation à Paris mènent bon train mais les habitants demeurent toujours confrontés à la présence de ces rats, au point qu’il devient encore difficile de se promener sans croiser la frimousse d’un de ces envahisseurs. En plus du problème de leur simple présence, ces rats ne sont, pour la plupart, de simples petits rongeurs, mais de grosses bêtes affamées.

Pour parvenir à gagner cette guerre contre les rats, la ville a mis en place des pièges à rongeurs :

  • Pour tenter de restreindre l’espace des rats dans les égouts, en les retenant par des grillages.
  • Reboucher les terriers sur l’ensemble des espaces verts et autres parcs.
  • Déposer des boîtes piégées, avec des appâts contenant un anticoagulant

Ces pratiques peuvent sembler tout à fait normales pour beaucoup de parisiens et habitants d’autres villes et régions de France, mais pour les autres, c’est de la cruauté pure et simple, envers les animaux.

Les rats trouvent des protecteurs

Une pétition circule en ville pour que cesse ces opérations de dératisation, jugeant celles-ci particulièrement cruelles, un collectif propose de mettre en place des systèmes plus adéquats. « Stoppez le génocide des rats », telle est le nom de cette pétition qui a déjà reçue plus de 25 000 signatures. Son but, stopper l’utilisation de produits dangereux, à qui l’on reproche de causer une souffrance animal tout à fait inutiles.

Quoiqu’il en soit, la fin de la propagation n’est pas à l’ordre du jour, malgré les innombrables  plaintes dirigées en direction de la ville de Paris et des services d’hygiène qui reconnaissent tous deux une certaine impuissance à enrayer ce phénomène, qui reste un problème de santé publique, tant ces rongeurs sont porteurs de maladies, parfois disparues depuis longtemps ! Parisiens, ne perdez pas espoir !

 

 

Auteur de l’article : terredinfos

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des