Les spectacles de comédie et le « savoir-faire » lyonnais

Les spectacles de comédie et le « savoir-faire » lyonnais
Rate this post

Mes premières expériences au théâtre – c’est le cas pour beaucoup gente – remontent au collège, de mémoire il s’agissait des « Fourberies de Scapin ». J’ai encore en tête le souvenir de Scapin remonter à toutes enjambées les marches de la salle de théâtre, bousculant les jeunes spectateurs et les professeurs venus assister à la pièce sous l’hilarité générale, un moment qui restera gravé dans ma mémoire. Un souvenir marquant pour un jeune adolescent mais qui malgré tout n’a pas été suivi des faits et qui n’a rendu ma présence au théâtre plus fréquente qu’elle n’aurait pu l’être. Bien qu’appréciant le théâtre beaucoup sont plus assidu aux séances de cinéma, bien souvent le goût pour les comédies et les spectacles viennent avec l’âge, cet article est l’occasion pour nous d’en évoquer les lieux insolites de la comédie lyonnaise où se sont produites quelques-unes des comédies qui méritent le détour.

 

La comédie lyonnaise s’exporte bien

Peu habitué au café-théâtre et aux « spectacles vivant », j’ai renoué récemment avec le plaisir de la scène avec une série de spectacle comique présentée sur la scène lyonnaise – grand bastion de comédiens après Paris. Etant fan de la série Kaamelott, je me suis mis en tête de m’intéresser à la troupe de comédiens tournant autour de Jacques Chambon un illustre auteur et metteur en scène de la scène lyonnaise, dont j’apprécie tout particulièrement l’écriture et la subtilité de l’humour – la série Kaamelott en est une illustration parfaite. L’auteur a l’immense mérite, à une époque où le talent semble se faire plus rare, de faire partager un humour bon enfant et de ne jamais tomber dans la facilité de la vulgarité.

Une comédie de Jacques Chambon « Carton rouge »

Moins classique que les œuvres de Molière, mon choix s’est tourné vers une pièce écrite par Jacques Chambon intitulé « Carton rouge », une pièce se déroulant dans l’univers du football qui colle plutôt bien à l’actualité après l’effervescente épopée footballistique des « bleus ». C’est donc sur un terrain de foot ou plus particulièrement dans les vestiaires, que se déroule la trame de cette comédie animée par Jacques Chambon en personne, avec le concours de Damien Laquet – autre comédien bien connu de la scène lyonnaise, ainsi que  l’irrésistible duo formé de Dominic Palandri et de Lionel Buisson. Actuellement en scène à Avignon, la comédie se produit jusqu’au 29 juillet dans la capitale du Vaucluse. D’autres villes auront le bonheur d’accueillir la troupe de Jacques Chambon. Pour ceux qui n’aurait pas la chance d’habiter Avignon et qui apprécient ce type de spectacle comédie vous pouvez réserver vos places sur le site de Carrefour spectacle pour passer une bonne soirée en couple ou en famille. Je conseille vivement cette pièce que j’ai eu la chance de voir au « Complexe du rire » une salle lyonnaise qui – comme son nom l’indique – est spécialisée dans les spectacles comiques. Une pièce absolument hilarante pour tous ceux qui désirent se replonger un tant soit peu dans l’ambiance euphorique de l’actualité footballistique.

« Milady en sous-sol » : un huit clos absolument burlesque

 

Toujours dans la lignée des œuvres de Jacques Chambon, c’est au « Boui Boui », une petite salle de théâtre lyonnaise assez connue dans la capitale des Gaules malgré sa petite taille que s’est jouée une petite comédie au nom de « Milady en sous-sol ». La scène de théâtre est située modestement en sous-sol, entre les murs rafraichissants de cette salle d’une petite centaine de m² située rue Mouget  – dans le cinquième arrondissement -. Un décor qui se prête parfaitement à cette pièce jouée par deux jeunes comédiens Aurélien Portehaut, le fameux « Gauvin » dans la série Kaamelott, accompagné de la virevoltante Chrystel Rochas, puisque la scène se déroule dans les sous-sols d’un Donjon abandonné, où une princesse aurait séjournée après un long sommeil de plusieurs siècles interrompu par l’arrivée d’un visiteur dénommé « Eddie », qui n’est autre qu’un vulgaire petit magouilleur sorti de prison. La rencontre entre ces deux personnages ne manque pas de piquant.  Les anachronismes et autres quiproquo savoureux pleuvent littéralement tout au long des péripéties de cette comédie des suites de cette rencontre improbable où ces « deux esprits », que tout oppose, tentent vainement de se tirer ensemble des mauvais pas et de situations loufoques qui se présentent à eux. Cette petite pièce d’une heure vingt passe à la vitesse de la lumière et se produira à Nantes prochainement du 22 novembre au 1er décembre de cette année.

« L’improvidence » : la comédie improvisée

 

Autre expérience récente de la scène lyonnaise, les spectacles comiques d’improvisation. Ce type de spectacle se déroule notamment dans une salle appelée « L’improvidence », située rue Champonnay à Lyon où de jeunes comédiens professionnels ou amateurs de théâtre s’essayent à ce difficile exercice de l’improvisation comique. Un genre de spectacle dans lequel les spectateurs jouent un rôle actif, en ceci qu’ils peuvent se retrouver « auteur » de la pièce le temps d’une petite scène partagée avec les comédiens. Une expérience qui peut tourner à l’hilarité entre spectateurs et comédiens où rien n’est préparé mais où le comique de situation fonctionne à plein !

Bon spectacle !

Auteur de l’article : terredinfos

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des