La nouvelle donne écologique à partir de janvier 2020

Une nouvelle année s’accompagne toujours de bonnes résolutions et 2020 commence par une multitude de changements écologiques qui auront un réel impact sur notre quotidien. Adieu les additifs alimentaires et les produits jetables en plastique, et bienvenue la restauration bio.

Alimentation : l’additif E171 ajoutée à la liste noire

Connu sous l’appellation de E171, le dioxyde de titane est un additif alimentaire utilisé comme opacifiant ou colorant par l’industrie agroalimentaire. On le trouve dans diverses denrées alimentaires telles que les bonbons, les chewing-gums, les barres de chocolat ou encore les plats préparés industriels.
Le dioxyde de titane a déjà fait l’objet de nombreuses recherches afin de prouver son innocuité. Depuis le 1er janvier 2020, le gouvernement a décidé d’interdire son utilisation dans la composition de produits alimentaires en raison de ses éventuels effets nocifs sur la santé. En effet, le CIRC a déjà tiré la sonnette d’alarme en 2006 concernant cet additif. Pour le centre de recherche sur le cancer, il s’agit d’un produit potentiellement cancérogène pour l’homme.
Si l’E171 a été ajouté à la liste noire de l’industrie agroalimentaire, il pourra être toutefois utilisé dans la composition de certains produits cosmétiques et médicaments :

  • Dentifrices ;
  • Crèmes solaires ;
  • Produits de maquillage ;
  • Enrobage de Doliprane…

Restauration : vers une conversion à l’alimentation bio

En France, le bio peine à s’imposer dans la restauration et se déguste à petites bouchées. Selon une étude effectuée par l’Agence Bio en 2017, la part des produits bio s’élève à seulement 1,4% en valeur des achats alimentaires. De leur côté, plus de 80% des Français estiment qu’il est important de favoriser le développement de l’agriculture bio.
Pour inciter les consommateurs à commander plus de produits bio dans les restaurants français, l’Agence Bio n’a plus hésité à modifier son cahier des charges en allégeant les règles. Ainsi, tout établissement qui propose plus de 50% de produits bio bénéficiera de la certification bio sur leur menu et devanture, avec le logo « AB ».

Hygiène et bien-être : le plastique à usage unique banni du marché

L’Assemblée nationale a voté un projet de loi « Antigaspillage » en décembre dernier afin de limiter au maximum l’utilisation de produits en plastique à usage unique. Depuis le début de l’année 2020, ces derniers devront disparaître de la circulation, notamment :

  • Les vaisselles jetables : gobelets, assiettes, couverts ;
  • les cotons-tiges ;
  • Les bouteilles d’eau dans les cantines scolaires ;
  • Les pailles et touillettes : vente à emporter et restauration ;
  • Les sacs à usage unique.

Les vendeurs disposent de six mois pour tout écouler.
La liste des produits polluants pour l’environnement sera mise à jour à partir de 2021 et inclura les contenants alimentaires en polystyrène, par exemple les emballages de sandwiches Kebab).
Selon la convention des États membres de l’Union européenne, ces interdictions doivent être mises en œuvre dans tout l’Hexagone à l’horizon 2022.

Santé : une nouvelle réglementation de l’épandage de pesticides

Bien que l’utilisation de pesticides soit fortement recommandée pour protéger les récoltes et les cultures des bio-agresseurs nuisibles tels qu’insectes, mauvaises herbes, moisissures, ces produits chimiques restent toutefois dangereux pour l’homme et de nombreuses personnes en sont victimes chaque année.


Pour résoudre ce problème, le gouvernement a décidé d’appliquer une distance minimale entre les zones d’épandage de produits phytosanitaires et les habitations. Celle-ci dépend de la nature des produits et du type de culture, mais l’agence de sécurité sanitaire recommande une distance entre 5 et 20 mètres. C’est d’ailleurs la base retenue et mise en vigueur depuis le 1er janvier 2020. Un fonds d’indemnisation sera également créé cette année pour dédommager les victimes de pesticides.
Vient s’ajouter à tous ces changements le rabotage du malus automobile sur les SUV. Désormais, les conducteurs devront respecter deux nouvelles grilles en matière d’émission de CO2 :

  • La première mise en œuvre depuis le 1er janvier avec la norme NEDC ;
  • La seconde sera mise en place à compter de mars avec la norme WLTP.

Depuis le début de l’année, le gouvernement a fait des pieds et des mains pour favoriser la protection de l’environnement et promouvoir le développement durable. En témoigne d’ailleurs l’initiative prise par la ville de Saint-Denis avec la construction de la Maison de l’écologie en plein cœur d’une ancienne ferme urbaine…

Photos : pixabay.com

Vidéos : youtube.com

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x